bien-être

Ta clope ? Tu peux t’la garder.

11_mon_alter_ego
photo prise par ma sœur photographe Manon Badermann.

 

« Ta clope ? Tu peux t’la garder. »

 

C’est ce que j’aimerais répondre à celles et ceux qui me proposeraient de fumer une cigarette.

J’ai fumé ma première clope à l’âge de 18 ans. J’ai commencé pour une raison idiote : ne pas me sentir à l’écart. Oui, c’est bête comme raison. J’ai commencé pour pouvoir sortir fumer sur le balcon avec les autres et ne plus être celle qui se retrouve seule dans la pièce pendant quelques minutes.

J’ai continué, pour les mêmes raisons. Ensuite il y en a eu plein d’autres. L’impression de plus profiter du moment présent lorsque je tenais une cigarette dans les mains, le fait de me dire que ça me déstressait, l’impression de me trouver plus grande tout d’un coup…

Pourtant, en fumant cette première cigarette, je me suis faite une promesse à moi même : Arrêter la cigarette à 30 ans.

J’aurai 30 ans début janvier et je fume toujours des cigarettes de temps à autre. Je n’ai jamais été une grosse fumeuse. Je n’ai quasiment jamais fumé le matin, ma première cigarette était vers les quatre heure de l’après-midi, 5 clopes par jour en moyenne, mais je pouvais aussi bien fumer un paquet et demi en une soirée.

Depuis quelques semaines je me dis que c’est fini. J’ai lu un livre à ce sujet, pensé avoir fumé ma dernière cigarette il y a 2 semaines, jeté mon paquet à la poubelle et refumé une vingtaine de cigarettes depuis.

Peut-être que tu es non-fumeuse. Peut-être que tu as arrêté il y a longtemps. Peut-être que tu continue de fumer et que tu ne compte pas t’arrêter. Je suis une fumeuse qui veut arrêter.

Ce livre que j’ai lu est celui d’Allen Carr 👉 La méthode simple pour en finir avec la cigarette. Il m’a été prêté par ma mère, grosse fumeuse depuis longtemps et qui pourtant n’a pas refumé une seule cigarette depuis 1 an et 2 mois 👏👏👏.

J’ai commencé ce livre en me disant que je ne fumerais plus lorsque je le rangerais à nouveau dans ma bibliothèque. J’y ai cru, vraiment. Et pourtant ça n’a pas suffit. J’aurai du le lire plus d’une fois surement.

Dans son livre il ne donne pas de recette miracle, il ne t’assure absolument rien mais en le lisant j’ai compris certaines choses :

  1. La cigarette est une drogue
  2. Remplacer la cigarette par autre chose (patch, chewing-gum, bâton de réglisse, etc) reste une addiction
  3. Il y aura toujours une raison pour repousser le fait d’arrêter la cigarette (fêtes, vacances, soirées, etc…)
  4. Même en arrêtant, la tentation sera toujours présente
  5. La raison pour laquelle on arrête de fumer et souvent la même que pour commencer (ne plus se sentir seule)

Je ne sais pas si cette envie d’arrêter est de plus en plus essentielle pour moi ces derniers temps parce que je veux prendre ma vie en main, être en accord avec mes principes et aller de l’avant.

J’ai décidé d’arrêter de manger les animaux (tu peux retrouver mon article à ce sujet juste ici 😉), de m’intéresser et d’agir d’avantage pour l’écologie, d’aller de l’avant et de changer de voie pour mon avenir professionnel, de prendre soin de mon corps et de mon esprit. Ce qu’il y a de plus important concernant mon envie d’arrêter la clope, c’est de ne pas décevoir cette jeune femme de 18 ans qui a fait cette promesse à soi même il y a 12 ans bientôt.

Je ne fume plus de manière générale, je n’en ai même pas l’envie. La seule chose qui me fait craquer automatiquement, c’est lors de soirées, d’apéros en terrasse ou entre copains. Le verre de vin va avec la clope et la clope va avec le verre de vin 🍷.

L’autre soir je suis allée à l’anniversaire d’une amie en étant convaincu que je ne fumerais pas même si je serais entourée de fumeurs. J’ai du tenir une bonne heure. Je n’arrivais même pas à écouter mes amis, je ne pensais qu’à résister à l’appel de la clope. J’ai fini par craquer. J’en ai fumé 4 dans la soirée (ce qui est bien moins que mon paquet et demi habituel ! 😱). Sur le moment je me suis dis que ce n’était pas si grave, c’est pas comme si je n’avais jamais fumé, pas comme si ça faisait 3 ans que j’avais arrêté, pas comme si… De la merde oui !

Je me suis sentie tellement mal le lendemain matin. J’avais honte, honte de n’avoir tenu qu’une semaine, d’avoir craqué si facilement, de me sentir incapable de tenir une promesse, de ne pas avoir assez de volonté.

Tu me diras peut-être que je suis dure avec moi-même en disant ça, mais c’est exactement ce que j’ai ressenti à ce moment précis.

Après ça j’ai à nouveau tenu une semaine, et j’ai recraqué un samedi soir en invitant des copains à la maison. J’ai tenu à nouveau pendant 4 jours et j’ai refumé quelques cigarettes en sortant du restaurant avec Choubi.

La honte est passée, je me suis seulement dis que « booo, c’est pas si grave, je finirais bien par arrêter d’ici peu ». Et puis je me suis rendue compte que ce serait toujours comme ça. Je me dirais que c’est pas si grave et une semaine plus tard j’aurai à nouveau honte de ne pas avoir tenue parole. Il n’y a pas de recette miracle, il n’y a que l’envie de réussir à passer outre, arriver à dire : « ta clope, j’en veux pas », se féliciter d’avoir dis non à cette cigarette et recommencer le bras de fer à chaque fois.

Si tu as été ancienne fumeuse ou que tu essaye toi aussi d’arrêter, qu’est-ce qui fonctionne pour toi ? Qu’est-ce qui te donne le plus envie de replonger ? Pourquoi tu as eus envie d’arrêter tout d’un coup ?

Ton avis m’intéresse car ce blog est là pour partager ses expériences alors n’hésites pas à partager la tienne dans les commentaires 🙂.

 

On se retrouve tantôt !
Bisou – caresse
logo bisou caresse

 

 

2 commentaires sur “Ta clope ? Tu peux t’la garder.

  1. Coucou 🙂
    Je remarque que ton envie de fumer est présente lors d’événements festifs ou bien juste quand tu es avec tes amis…
    Peut-être que ton cas est différent mais personnellement, c’est lors de ce genres d’événements que la tentation est là aussi. J’ai commencé à fumer vers 17 ans je crois, lors d’une soirée. Je voyais certaines personnes fumer et ce n’est absolument pas pour eux, mais j’ai ressenti l’envie d’essayer. En fait, quand j’étais petite, je voyais les amis de ma mère et ma mère fumer en soirée, et je me souviens que j’aimais déjà le geste, la manière de tenir la cigarette et de l’amener à la bouche (parfois, je faisais semblant de fumer avec un crayon… ouais c’est moche pour une petite ^^) et puis, après ça, j’ai toujours été accro au geste. Je n’ai pratiquement jamais fumé seule, ou très rarement. Mais après avoir beaucoup réfléchis au sens de tout ça, j’ai compris que le geste me rendait plus à l’aise. Et en soirée encore plus : Un verre dans une main, la clope dans l’autre… Parce que non seulement j’étais entourée de gens avec qui je n’étais pas toujours à l’aise, mais en plus, ça me permettait de vaincre un peu plus ma timidité, ça me réconfortait, c’est bête mais c’est vrai. Depuis que j’ai changé de niveau de conscience et que je veux prendre soin de la planète, j’essaie, comme toi, d’arrêter et ça doit faire 3 ans que j’y suis presque arrivée mais c’est aussi parce que je n’ai plus vraiment d’amis et que mes occasions sont beaucoup moins nombreuses. La plupart du temps, quand je suis avec les copains de mon chéri par exemple, ou même parfois avec mes cousins, je recraque. J’ai souvent beaucoup culpabilisé aussi. Mais je vois bien que ça me fait 2 fois plus de mal. Alors j’essaie de faire de mon mieux, parfois j’y arrive, parfois non. En tout, je dois fumer maximum 3 paquets par an.
    Au fond, je sais bien que le travail que j’ai à faire n’est pas sur l’addiction au tabac ni même au geste d’apporter une cigarette à ma bouche. Je dois faire un travail sur moi-même et sur ma confiance en moi et l’amour que je me porte. Je dois m’apporter assez d’amour pour être à l’aise en société et ne pas me soucier autant de ce que pensent les autres. J’y travaille… Et un jour ça viendra, il y a des moments où j’y suis presque. 😀
    Désolée pour le roman, j’espère que mon témoignage pourra aider au moins une personne. Merci pour ce bel article inspirant et honnête 🙂

    J'aime

    1. Au contraire ! C’est toujours un plaisir de te lire 🙂. Effectivement parfois on a beau avoir tout la volonté du monde pour arrêter la cigarette, parfois on craque pour une ou deux cigarettes de temps à autre. Le lendemain je m’en veux. Et puis je déculpabilise en me disant que j’y arriverais bien un jour où l’autre ! C’est déjà très bien de réduire autant et de se rendre compte que si la clope est indispensable à certains moments, c’est qu’autre chose se cache au fond de nous. Une chose plus profonde qu’il faut comprendre et accepter.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s