bien-être·lecture

La méthode Ikigai (2/2)

cerfdevant
Toujours mon joli carnet de chez Cerviatto, fabriqué en France.

La semaine dernière je t’avais fais part de mon expérience avec la méthode ikigaï. Cette méthode japonaise qui consiste à t’aider à trouver ta « mission de vie ». Cette méthode comporte des anecdotes, des histoires, des exercices et des questionnements pour te permettre d’avancer dans ta quête.

Si tu n’as pas suivi la première partie, la voici, sinon on réattaque tout de suite avec les prochaines étapes 😉 .

Connecter les expériences du passé :

  1. Quel a été l’évènement le plus marquant dans ta vie ces 5 dernières années ? Mon déménagement sur Lyon.
  2. Que se passait-il avant ? Quelles personnes, action de ta part ont permis à cet évènement de se réaliser ? Je me sentais seule et tournais en rond. Je ne me sentais pas à ma place. La confiance de mon Choubi m’a donné la force de le faire.
  3. Et ensuite, que s’est-il passé ? Je me suis sentie libre mais toujours un peu perdue.
  4. Quel est le lien entre ces 3 réponses ? J’ai souvent besoin de grands changements et d’aide extérieure pour y arriver. 
  5. De quelles manières contribues-tu aux nouvelles étapes pour ton futur ? Quels en seraient les résultats ? Je cherche à changer de métier, reprendre une formation, tester de nouvelles activités. Cela me permettrait de voir si je suis douée dans une compétence en particulier, de chercher un travail qui me plait vraiment.
  6. Que refuses-tu de commencer à faire par peur de l’échec ou que ça ne serve à rien ? Me lancer dans une formation. Cela coûte un certain prix et je n’aimerais pas me planter.

Ce questionnement te permettra de comprendre comment tu prends des décisions, et pourquoi tu ne les prends pas. Cela te montrera également ton parcours de ces dernières années et ce que tu peux parcourir dans les années à venir.

Le journal des 5 minutes :

Pour cet exercice, tu devras te munir d’un joli carnet que tu apprécie et t’y consacrer 5 minutes par jour (c’est pas la fin du monde, on est d’accord ! 😉 ). Tu devras diviser chaque page en 2 en tirant un trait horizontal. La partie supérieure correspondra au matin (3 minutes) et celle du bas au soir (2 minutes).

Le matin

  • noter 3 choses pour lesquelles je suis reconnaissante
  • 3 choses qui vont rendre cette journée spéciale
  • noter une affirmation : aujourd’hui je vais …

Et hop ! On ferme son carnet sans se relire !

Le soir 🌙

  • noter 3 super choses qui se sont passées aujourd’hui
  • noter ce que tu aurais pu faire pour rendre cette journée encore meilleure

Même si ce que tu peux noter te parait insignifiant, cela n’est pas grave. C’est ce que ton inconscient aura retenu de tes notes qui pourront jouer sur le déroulement de ta journée et éviter la déception. Une petite règle tout de même, tu ne dois pas noter de choses auquel tu t’attends. Si ta meilleure amie vient te voir dans la journée et que c’était prévu depuis des lustres, ça ne compte pas ! 😉

30 haïkus en 30 jours :

Il faudra t’armer d’un peu plus de patience pour celui-ci mais il est plutôt intéressant.
Un haïku c’est un poème japonais très bref qui vise à célébrer l’effervescence des choses. Il est normalement composé de 3 vers en 5, 7 et 5 syllabes.

Le but de cet exercice est de laisser aller son esprit et d’observer 30 jours après, les thèmes qui reviennent le plus souvent.

Pour ce faire, tu devras :

  1. Choisir un moment précis de ta journée (pendant que tu prends ton café, dans le bus, en marchant jusqu’à ton boulot ou ton établissement scolaire…)
  2. Observer autour de toi (les bruits, la nature, les odeurs…)
  3. Ecrire 3 jets sans réfléchir (dans les notes de ton téléphone par exemple 😉 ), 3 vers qui ne riment pas forcément
    – bref
    – référence à la nature
    – se conjugue au présent
    – exprime une observation / un émerveillement
    – intègre au moins un des 5 sens

phrase50-3

 

Au bout de ce mois écoulé, prends le temps de les relire et demande toi pourquoi est-ce qu’un thème ressort plus qu’un autre. Peut-être est-ce une nouvelle piste à creuser ?

Décisions cruciales :

Ici il est question de prendre conscience de toutes les décisions qu’on a pu prendre et l’influence qu’elles ont eues sur notre vie.

Ces décisions peuvent concerner tes études, ton métier, ta vie sociale, ton alimentation, ton orientation sexuelle, tes priorités, etc. Prends le temps de noter chacune de tes décisions et les conséquences qu’elles ont eues sur ta vie.

  • Arrêt de mes études 👉 je suis entrée dans la vie active, ai trouvé mon indépendance.
    Conséquence : j’ai perdu de vu mes centres d’intérêts en milieu créatif.
  • Déménagement dans une autre ville 👉 indépendance et liberté
    Conséquence : cela m’a permis de reprendre un peu de place.
  • Flexitarisme 👉 le fait de réduire la viande de plus en plus me rapproche de mes valeurs.
    Conséquence : je suis fière de ne plus participer à ce mode de vie qui ne me plait pas.
  • Mon blog 👉 M’a permis de m’investir dans un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps.
    Conséquence : Cela m’a permis de reprendre de la confiance en moi et de me sentir utile.

La sérendipité :

Mais qu’est-ce que ça veut dire ? La sérendipité est le fait de réaliser quelque chose de manière totalement inattendu.
Ca t’es surement déjà arrivé de te forcer à aller à une soirée en tirant la tronche et en ne faisant aucun effort pour être sympathique, et finalement rencontrer une personne qui va te permettre de trouver un meilleur emploi, va devenir ton choubidou, ta nouvelle meilleure amie ou encore te donner les cours de yoga que tu hésitais à faire depuis longtemps. Eh bien la sérendipité c’est ça. C’est laisser la porte de l’inattendu grande ouverte et la traverser ou au moins y jeter un œil de temps en temps 😉 .

A encourager cette sérendipité, pour réussir, il te faudra :

  • Envoyer des signaux : exprime de ce que tu penses et ce que tu fais. Personne ne fera attention à toi si tu ne montre pas que tu existe.
  • Laisser place à l’imprévu : dis oui plus souvent aux propositions que l’on peut te faire. Qui sait, peut-être une belle découverte s’offre à toi !
    Prends le temps de faire des choses sur un coup de tête. Je ne te parle pas d’acheter un t-shirt en passant devant ta boutique préférée pendant ta pause déjeuné ou d’aller t’acheter un kebab en rentrant chez toi parce que tu as la flemme de cuisiner. Non. Je te parle d’un vrai coup de tête ! Celui de sauter dans un train le dimanche avec ton Choubi sans savoir où vous allez vous arrêter. D’aller faire un tour dans un quartier que tu ne connais pas et de rentrer chez toi à pied. Passer prendre une copine à son travail et l’embarquer pour quelques heures. Bref, des idées qui te passent parfois par la tête mais que tu laisses aussi vite tomber quand tu penses à tous les concours de circonstance.
  • Parcourir le monde : oses de nouvelles choses ! Comment tu pourrais te retrouver au bon endroit au bon moment si tu ne prends même pas la peine de sortir de ta bulle ?

Voici quelques petits exemples de choses que tu peux faire pour t’aider à créer de la sérendipité :

 

phrase50.jpg

 

Random acts of kindness :

Cette pratique consiste à simplement offrir de la gentillesse aux autres ce qui augmentera sensiblement leur motivation et leur confiance en eux. Et comme le dit si bien Valérie Bonneton dans les petits mouchoirs :

  • Actes de gentillesse : complimenter, sourire, écouter, offrir, pardonner, envoyer un message une pensée, demander des nouvelles…
  • Importance du toucher : embrasser, câliner, poser sa main sur l’autre, une tape dans le dos… Le toucher permet de se connecter à l’autre et de ce fait de créer un lien en lui faisant comprendre qu’on l’aime.

Le cycle PCDA (Plans, Do, Check, Act / Préparer, Faire, Contrôler, Agir) :

Il s’agit d’une technique d’apprentissage qui permet de continuellement faire des efforts pour s’améliorer et accomplir un objectif précis.

Préparer : établir un objectif, faire une liste.

Faireplanifier le jour, la date, l’heure, le temps à y consacrer.

Contrôleranalyser si tout à bien fonctionné. Si non, pourquoi ?

Agirsi la phase C s’est mal déroulée, il te faudra effectuer des modifications comme changer d’horaires si tu es plus du soir ou du matin, de lieux si tu n’arrives pas à te concentrer chez toi, de temps car tu t’es peut-être fixé un créneau trop ambitieux ou pas. Recommence la phase P et F et refais un point en phase C jusqu’à ce que tu trouves la solution et ce qui te correspond au mieux.

Cette technique, je l’utilise depuis plusieurs années mais elle s’arrêtait toujours au même point. C’est à dire à la liste ^^. Je suis sûre que tu dois aussi avoir dans ton agenda, quelques notes de choses que tu voulais faire et où ce n’est jamais allé plus loin ? Le nombre de notes avec marqué « piscine de 15h à 16h le vendredi », « yoga de 11h à 12h le dimanche », « cuisine japonaise avec Choubi le mardi soir »

Oui oui on sait, on a jamais le temps, on a des imprévus, on a oublié… Trop de choses qui nous empêche de réaliser ces projets. Il est vrai que c’est intéressant de comprendre pourquoi on n’y arrive pas. Peut-être que si le créneau changeait, que tu allais à la piscine avec une copine, que tu prenais rendez-vous à l’extérieur pour ton cours de yoga, ça se passerait mieux. Alors il faut tester pour s’en rendre compte 😉 !

Motivation négative, Kaisen :

  1. Noter 3 changements qu’on a l’habitude de reporter :
    – aller à la piscine
    – recommencer la peinture
    – reprendre le yoga
  2. Expliquer pourquoi vouloir faire ces changements :
    – pour prendre soin de mon corps et réduire les risques lié à ma santé
    – peut-être est-ce mon ikigaï mais comment le savoir si je n’essaye pas ?
    – pour me sentir bien dans mon corps et ne plus soufrir de certains maux
  3. Que se passera-t-il si je ne fais pas ces changements :
    – si je ne me mets pas au sport je risque d’avoir des problèmes de santé et de devoir prendre certains médicaments à vie
    – si je ne me lance pas dans certaines activités auxquelles je pense, je risque de ne jamais faire ce qui me plait dans la vie et avoir l’impression d’être passé à côté. Juste pour ne pas avoir essayé.
    – si je ne me remets pas au yoga je risque d’être déçue de moi et de continuer d’avoir mal aux jambes, au dos et de me sentir toute mollassonne !

En utilisant la méthode PDCA de tout à l’heure, essayes de tester cet exercice durant 1 mois afin de voir si tu arrives à réaliser tes objectifs. Si tu n’y arrives pas, ne le prends pas comme un échec et surtout n’oublis pas… DO IT ! 💪

Les 3 passoires :

6068823997_32577056fe_z

Cette méthode nous vient de Socrate, philosophe connu pour sa sagesse dans la Grèce Antique. L’histoire la voici :

Un jour un disciple de Socrate se présente chez lui, très perturbé et dit :
– Maître ! Je veux vous parler d’un de vos amis qui a dit du mal de vous…
Socrate l’interrompt immédiatement :
– Attendez ! Avez-vous déjà fait passer ce que vous allez me révéler à travers le filtre des trois passoires ?
– Les 3 passoires ? demande le disciple, qui ne savait pas ce dont il s’agissait.
– Oui, répond Socrate. La première passoire est la vérité. Avez-vous bien vérifié que ce que vous vous apprêtez à me dire est vrai en tous points ?
– Eh bien, non… Je l’ai entendu dire par des voisins.
– Mais au moins, l’avez-vous fait passer dans la deuxième passoire, la bonté ? Le message que vous venez m’apporter est-il bon, au moins ?
– Non, justement… Au contraire.
– Ah ! réplique Socrate. Alors passons à la troisième et dernière passoire. Ce que vous allez me rapporter est-il utile ?
– Si je suis honnête, non. Ce n’est pas utile.
– Dans ce cas, conclut le sage, si ce que vous voulez me raconter n’est ni vrai, ni bon, ni utile, mieux vaut l’enterrer dans l’oubli.

Avant de dire des mots à quelqu’un qui vont avoir un réel impact émotionnel sur lui, il est important de vérifier toute la véracité, la bonté et l’utilité que peut avoir ton information.
Je suis sur qu’il t’es déjà arrivé de regretter certaines paroles une fois les avoir dites. Prends alors le temps de te demander si cela aura un impact positif pour la personne en face de toi, si non, passe à autre chose 😉 .

Déployer son ikigaï :

Dans cette dernière étape, il est question de mettre sur papier les biais possible pour réaliser son ikigaï, ou du moins de s’en approcher le plus possible.

Tu dois surement, comme beaucoup d’autres personnes, passer des journées entières à être absorbée dans ta routine, dans tes obligations du quotidien, et parfois tu te demande si c’était vraiment de cette vie dont tu rêvais il y a quelques années…

Oui, mais quand est-ce que tu t’es réellement penché sur ta mission de vie ? Tu y as vraiment réfléchis ? Mis des choses en place pour la trouver ?

Pour te permettre de répondre à ces questions, il va te valoir répondre sincèrement et naturellement à ces 4 points :

  1. Ce que j’aime (cela peut concerner absolument tout et n’importe quoi !) et terminer chaque phrase par « …me rend heureux » :
    – lire me rend heureuse.
    – boire du thé au lait me rend heureuse.
    – scroller l’internet sur tout et n’importe quoi me rend heureuse.
    – sentir les rayons du soleil sur moi me rend heureuse.
    – m’intéresser au bien-être des autres me rend heureuse.
    – le développement personnel me rend heureuse.
    – présenter de belles assiettes en cuisine me rend heureuse.
    – décorer ma maison me rend heureuse.
    – faire des apéros entre copains me rend heureuse.
    – être installée à mon bureau me rend heureuse.
    – me rappeler des souvenirs me rend heureuse.
    – donner et recevoir de la tendresse me rend heureuse.
    – les couleurs me rendent heureuse.
  2. Ce dont le monde a besoin (que ce soit ta famille, tes amis, ou les gens de manière générale) en identifiant les individus :
    – mon amoureux a besoin que je l’écoute, que je lui apporte soutien et amour.
    – ma meilleure amie a besoin de mon écoute et de mon énergie positive.
    – mes collègues ont besoin de savoir qu’ils peuvent compter sur moi.
    – mes lecteurs ont besoin que je m’intéresse à leurs besoins.
    – ma famille a besoin que je vienne les voir plus souvent.
    – le monde a besoin de changements radicaux.
    – les humains ont besoin d’être plus proches les uns des autres.
    – le monde a besoin de plus de nature.
    – les gens ont besoin de vivre convenablement sans avoir à penser aux problèmes du quotidien.
    – le monde a besoin d’amour.
  3. Ce pour quoi je peux être rémunéré (penses tout d’abord à ton activité professionnelle actuelle, même si elle ne te plait pas. Tu pourras ensuite t’approcher d’autres sources de revenus envisageables 😉 . Tu peux t’aider en commençant tes phrases par « aujourd’hui je gagne ma vie en… » et continuer avec des phrases du genre « dans le futur, j’aimerais gagner ma vie en… ») :
    – aujourd’hui je gagne ma vie en vendant des vêtements pour homme.
    – dans le futur j’aimerais avoir une source de revenu grâce à mon blog.
    – dans le futur j’aimerais gagner ma vie en aidant les autres.
    – dans le futur j’aimerais gagner ma vie en étant passionnée.
    – dans le futur j’aimerais gagner ma vie en faisant de belles choses.
  4. Ce pour quoi je suis doué (commence par les choses dont tu es certaine, puis par les choses qui pourraient l’être si tu t’en donnais un peu plus les moyens) :
    – je suis douée pour organiser, planifier les choses.
    – je suis douée pour donner de bons conseils.
    – je suis douée en dessin et en décoration.
    – je suis douée pour faire plaisir aux autres.
    – dans le futur je pourrais être douée en peinture si je m’en donne les moyens et que je m’y remets sérieusement.
    – dans le futur je pourrais être douée en méditation et en yoga si je m’en donne les moyens et m’y tenant sérieusement.
    – dans le futur je pourrais être douée en écriture si je m’en donne les moyens en continuant mon blog personnel.

Il est clair qu’après tous ces petits exercices, plusieurs thèmes / activités reviennent de manière récurrente et doivent s’exprimer pour de bon !

L’important est d’éliminer ce qui t’es inutile, d’engager de nouvelles actions (tu veux commencer le tricot ? Ca te soûle déjà au bout d’un mois ? Changes de cap 😉 !), changer ce qui ne te plaît pas (plus de tricot ? La cuisine ? Allez, banco !), prendre des décisions ( si une activité est revenue plusieurs fois en tête de liste c’est qu’il est primordial que tu commences par là. Et puis, si ça ne te plait plus, qu’est-ce qui t’empêches de trouver une autre activité ? Le tout c’est que si tu ne commences pas par quelque chose, rien ne te permettra d’avancer).

Surtout, si les choses ne fonctionnent pas comme tu veux, il faut en changer sans avoir peur. Car c’est souvent la peur qui nous empêche d’aller de l’avant. Alors poses toi les bonnes questions, fonce et sinon, change de cap ! 😉

Voilà pour la méthode ikigaï ! J’espère que ça t’a plus et que tu as pu sélectionner quelques défis à relever ? A savoir qu’il ne s’agit que de quelques exercices que j’ai pu retenir du livre et si tu veux vraiment t’y intéresser et prendre le temps de développer sérieusement cet ikigaï, la lecture complète de ce livre te sera nécessaire 😉 !

Ce livre étant vraiment complet (comme tu as pu le constater avec ces deux articles sur le sujet), je tiens a t’avertir que je vais faire une petite pause sur ce type de lecture.
Les livres sur le développement personnel prennent beaucoup de temps car il y a comme ici des exercices à faire, souvent sur plusieurs mois, et il est parfois bon de laisser du temps passer pour intégrer les choses et voir de réels changements.

Je continuerais bien sur mes pauses lecture habituelles sur d’autres registres, et te ferais également un débrief sur certains exercices que je suis toujours en train de tester avec la méthode ikigaï 😉 .

Si tu as des questions, des demandes ou simplement l’envie de partager ton expérience, raconte moi tout dans les commentaires 🙂 !

On se retrouve tantôt !
Bisou – caresse
template-sticker-600x600

 

 

4 commentaires sur “La méthode Ikigai (2/2)

      1. Oui je fais quelques exercices. J’ai repris le journal « 5 minutes » que j’avais déjà commencé, me motivant à le continuer. Cela n’a pas été trop difficile. J’utilise maintenant la matrice d’Eisenhower qui m’est, je dois reconnaître, très utile.
        Je suis en train de faire le test positif-négatif dont tu parlais dans ton article précédent ainsi que les objectifs qui me paraissaient irréalisables mais que j’ai finis par réaliser. Cela a été difficile car j’ai tendance à me sous estimer !
        J’ai bien l’intention de continuer car c’est assez efficace pour le moment, sans pour autant me mettre trop de pression !
        J’espère que je ne t’ai pas ennuyée avec tout mon bla-bla 🙂
        En tous cas merci pour tes questions !

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s