art de vivre

Le bilan de compétences

Ça y est… Hier j’ai eus mon dernier entretien pour mon bilan de compétences.
Un peu triste que ce soit fini car j’ai beaucoup apprécié les différents échanges avec mon conseiller, mais tellement contente d’avoir eus l’occasion de vivre cette expérience nouvelle. Et surtout d’en ressortir avec une belle route devant les yeux et les lignes de sécurité bien en place.

phrase36
Dernièrement je te parlais du fait de ne pas savoir quoi faire de sa vie. Aujourd’hui je vais te parler de mon expérience pour t’expliquer un peu comment ça marche, ce que j’ai appris et comment toi aussi tu peux te lancer dans l’aventure 😉 .
Pour te remettre un peu dans le contexte et imager mon propos, je vais t’en dire un peu plus sur mes motivations.

Il y a 5 ans je suis sortie d’une licence en design, avec une spécialisation en design produits. Durant ses années d’études j’ai acquis plusieurs compétences : le webdesign, l’infographie, le graphisme, la communication, le design d’espace, le dessin, le chromatisme, bref ! Un bon nombre de compétences accumulées mais dont je ne me suis servie que très peu de temps en sortant de la fac (Quelques contrats à droite à gauche).
Seulement je me voyais mal faire de la mise en page de bloc-notes pour une société de vente de pièces détachées de poids lourds toute ma vie ^^ (Rassures-toi, si tu es un/une jeune graphiste, il y a bien plus sympa à faire !).

J’ai donc choisis la facilité et j’ai dégoté un poste dans la vente. Je ne me voyais pas faire ça très longtemps non plus mais finalement j’occupe ce type de poste depuis maintenant 5 ans. J’ai même réussi à me persuader que «c’était ça que je voulais faire de ma vie».

Après 4 ans à bosser dans la même boîte, un gros groupe qui est bien loin de mes principes, qui «exploite» ses salariés, qui te traite comme un simple numéro et qui se fiche pas mal de ton avis (j’ai même plusieurs fois dénoncé en vain le fait que la boîte copiait des visuels de petits créateurs que je suivais depuis longtemps sur Instagram), j’ai donc finis par changer de boîte.
J’ai opté pour une boutique haut de gamme pour élargir mes compétences et apprendre face à une autre clientèle.

 

phrase36-2.jpg

(Sachez qu’on nous impose ce type d’accroches avec le client. Alors on le fait, pour pas avoir de remarques de notre responsable. Mais quand les clients nous répondent ça, nous aussi on se dit « connasse« , dans notre tête ^^).

Finalement, au bout de 4 mois dans ma nouvelle boîte, j’ai eus un déclic. On me ressassait souvent les mêmes efforts à fournir, les mêmes axes à travailler pour m’améliorer (dont l’approche client justement). Et en fait je me suis dis : mais en fait, si au bout de 5 ans on te demande toujours de travailler sur les mêmes axes et que tu n’y arrives pas. Bah c’est peut-être que tout simplement ce n’est pas fait pour toi.

Je me suis alors posé ces 3 questions :

Quelle serait ma journée de travail idéale ?

Me lever tôt ; me poser à mon bureau avec mon café pour travailler sur ordinateur ; me déplacer pour des rendez-vous à l’extérieur ; travailler tard le soir s’il le faut ; m’arrêter quand je serais satisfaite de mon travail.

Qu’est-ce-qui passera toujours avant le boulot pour moi ?

Ma liberté. Ma famille.

Qu’est-ce qui m’empêche de vivre comme je le voudrais ?

Le besoin d’argent ; mon manque de confiance en moi ; l’expérience ; ne pas savoir quel métier je veux faire.

Une fois ces réponses mises à plat, il est temps de se bouger les fesses !

Je ne sais pas quel métier je voudrais faire mais je ne souhaite pas rester à mon poste actuel. Je veux pouvoir travailler chez moi et être plus ou moins mon propre patron. Je veux pouvoir gérer mon temps et fixer moi-même mes priorités.

phrase36-3.jpg

Maintenant il faut bien commencer par quelque chose.

Depuis quelques années on entend beaucoup parler de ces bilans de compétences, des formations CPF, des formations proposées par les entreprises etc.
Autour de moi, quelques personnes avaient déjà eus recourt au bilan de compétences. Comme expliqué dans un de mes précédent article, certains m’ont dit que ça avait été une révélation, d’autres que ça n’avait pas aidé, d’autres encore qu’il fallait en faire plusieurs et que tout dépendait de la personne qui suivait notre dossier.
Je me suis dis qu’après tout, je n’avais rien à perdre et forcément quelque chose à y gagner.

Je suis donc allé me renseigner auprès du Fongécif, un organisme de formation et de financement pour les salariés. En gros, le Fongécif te fourni un dossier à remplir, tu dois également fournir un curriculum vitae et une lettre de motivation.
Dans cette lettre tu dois expliquer pourquoi tu veux faire un bilan de compétences. Qu’est-ce que tu espères, où tu en es professionnellement, ton parcours…
Ensuite ce dossier passe en commission devant un jury qui va valider ou non le financement de ton bilan de compétences (A savoir qu’un bilan de compétences coûte environ 1500€).
Ce n’est donc pas négligeable si tu n’as pas à débourser cette somme.

Tu peux également utiliser tes heures CPF, ces heures de formations que tu cotises depuis que tu bosses. Seulement, comme on me l’avait dit dès le départ : « imaginez qu’à la fin de votre bilan, vous vouliez faire une formation. Vous aurez déjà utilisé vos heures pour faire le bilan, et il ne vous restera pas assez d’heures pour faire la formation qui vous permettrait de faire le métier dans lequel vous voulez vous lancer ».

phrase36-4.jpg

J’ai donc opté pour faire passer mon dossier en commission. Bien sur, avant cela il te faudra trouver un organisme qui corresponde à tes besoins.
Une fois ton dossier Fongécif dans les mains, tu dois chercher un organisme qui fait des bilans de compétences. Prendre des rendez-vous, te renseigner, rencontrer les gens, voir ceux avec qui tu te sens à l’aise, avec qui tu le sens bien. Certains organismes ont plus ou moins une spécialité. Celui que j’ai choisis se rapproche plus des métiers artistiques par exemple. Et surtout bien vérifier qu’il sont en lien avec le Fongécif, sinon, pas de financement possible et tu paies de ta poche !

Cela t’éviteras (comparé à moi -_-’), de perdre du temps à passer des entretiens d’une heure pour te rendre compte que le Fongécif n’est pas en lien avec eux.

phrase36-5.jpg

Une fois ton organisme choisis, tu remplis ton dossier avec ton conseiller, il t’expliquera bien comment ça se passe et fixera déjà un planning de tes différentes séances. Ce planning doit être envoyé avec ton dossier au Fongécif mais peut être modifié par la suite en te mettant d’accord avec ton conseiller.

L’emploi du temps se compose de cette façon en 11 rendez-vous (24h au total) :

  1. Analyse du questionnement grâce à ton parcours personnel : raconter ton parcours, les changements, les imprévus, les déceptions, les rebondissements, tout ce pourquoi tu en es venu à faire un bilan de compétences.
  2. Identifications de tes acquis : ta zone de confort (les capacités que tu as qui sont devenues naturelles pour toi tellement c’est facile et évident), ta zone d’ouverture (toutes les compétences que tu as pu survoler mais qui mériterait d’être un peu plus travaillées ou approfondies), ta zone non pratiquée/appréciée (toutes les chose qui te soûlent en gros) et ta zone d’effort (toutes les choses que tu sais faire mais que tu n’aimes pas trop trop quoi).
  3. Ton histoire de vie professionnelle : pareil que pour ton parcours… le pourquoi du comment et sinon pourquoi pas un truc bien à la place ?! ^^
  4. Test d’expressions (valeurs, intérêts, aspirations) : il s’agit d’une série de 3 tests où tu dois répondre sans réfléchir, classer des métiers par ordre de préférence, compléter des phrases et donc établir un profil.
  5. Test de personnalité (avec un psychologue du travail) : Le psychologue te poseras des questions pour comprendre comment tu réagis. Il se fichera pas mal de ta réponse et de ce que tu penses bien faire. Lui, ce qui l’intéresse c’est ton instinct. On est tous différent et on réagis tous différemment face à une demande et c’est ça qu’il va essayer de trouver avec toi et de te le faire comprendre. Ce rendez-vous t’en apprendras beaucoup sur toi, sur ta personnalité, sur ton fonctionnement, sur ta réaction au stress, sur les capacités de travail que tu peux avoir.
  6. Détermination des différentes pistes de réflexion : il est temps de faire le point et de faire la liste de tous les métiers qui te passent par la tête. Qu’ils soient réalisables ou non, on s’en fiche. L’important c’est de tout coucher sur papier pour ensuite y voir plus clair.
  7. Recherches sur les différents métiers (en 2 sessions) : tu vas devoir te renseigner sur les différents métiers ou domaines que tu auras listé au rendez-vous précédent. Ça consiste en quoi, comment ça se passe, une journée de travail ressemble à quoi, combien ça paie, quelles études il faut faire, etc…
  8. Synthèse du travail de recherche ; enquête de terrain : suite aux 2 sessions de recherches, il y aura forcément quelque chose qui sera sorti du lot. Tu sauras que finalement branleur de dindons, bah non. Mais que thérapeute, pourquoi pas. Il y a même certains métiers dont tu ignorais l’existence et où tu te diras «mais carrément, c’est tout c’que j’aime».
    Tu devras alors approfondir ce travail de recherche en rencontrant les premiers concernés, regarder des vidéos, suivre des conférences, etc. Bref, te faire l’idée la plus juste des quelques métiers que tu auras sélectionné.
    Pour ma part j’ai réalisé un questionnaire Google en ligne, car souvent les gens n’ont pas le temps de te répondre (car ils bossent eh oui :/ ), mais ils ont bien 5 minutes à t’accorder pour répondre à quelques questions.
  9. Débriefing : on fait un point sur ce que tu as appris. Pour mon cas, c’est en parlant avec mon conseiller qu’il m’a dit : en fait, votre choix, vous l’avez déjà fait. Ah bah oui. Ouais, ouais c’est vrai j’ai complètement oublié les autres et je me suis beaucoup plus renseigné sur ce métier qu’un autre finalement. Allez, banco !
  10. Validation du projet ; plan d’action : là c’est l’instant pichenette dans ta face ^^. Ce moment où tu te dis que tu as enfin trouvé un truc en accord avec tes valeurs, que tu te vois très bien faire ça et que ton conseiller va te dire : «vous savez qu’il vous faudra au moins 3 ans avant de vous lancer ? Et comment vous allez remplir votre cabinet ? Et si ça met du temps à se mettre en place, quelqu’un pourra vous aider financièrement ? Et comment vous allez payer le loyer de votre cabinet, plus les charges, votre loyer personnel, et les dépenses quotidiennes ? Vous y avez pensé à ça ?

    Euuuuuuh…

Je te rassure, je suis partie de ce bilan confiante et rassurée. Finalement j’étais arrivée avec l’envie d’arrêter la vente et faire un métier qui me plaise, sans pour autant reprendre de longues études.

Ce qu’il en est sorti c’est un retour au graphisme sur le court terme (histoire de vite changer de vie et d’utiliser mes compétences déjà acquises). Seule quelques petites formations courtes à droite à gauche, me permettront de me remettre à niveau. J’utiliserais mes heures de CPF du coup.

Et à long terme, je souhaiterais me tourner vers la sophrologie (une pratique encore peu connue mais extrêmement enrichissante).
Je mets ce projet encore en sourdine cette année car dans un premier temps je souhaiterais pratiquer la sophrologie à titre personnel pour bien comprendre le fonctionnement et voir si d’ici quelques mois, l’envie sera toujours présente. Je le mets également de côté volontairement car j’hésitais avec le métier de thérapeute à cause de la durée d’études. Au final si mon premier plan d’action se met vite en place, rien ne m’empêche de prendre mon temps pour reprendre des études en parallèle et m’assurer un métier plus stable en temps que thérapeute, et continuer à pratiquer la sophrologie pour ensuite faire une formation et en faire une spécialisation.

Bien évidemment ton conseiller continuera de t’accompagner dans ton ou tes nouveaux projets de vie. Pour le coup, j’ai eus beaucoup de chance. Il est top ! 🙂

Dernières informations à te communiquer : les formations financées par le Fongécif ne le sont plus actuellement. On attend un nouveau dispositif pour 2019 et d’ici fin décembre, début janvier, les heures CPF seront converties en euros.
Comme c’est une décision de l’État, tu dois te douter que ce ne sera pas à notre avantage ^^ puisque 1h de formation équivaudra à 9€. Autant te dire qu’une formation de 10h pour 90€, ça n’existe pas !

J’espère t’avoir aidé à comprendre un peu cette démarche qui peut être encore abstraite pour certains/certaines. Elle peut t’être utile si tu as besoin d’aide dans ta réalisation professionnelle et t’ouvrir d’autres perspectives.
Je repars finalement avec le métier pour lequel j’ai été formé, un nouveau métier qui tend à mes aspirations personnelles et un regard différent sur moi-même. On y apprend beaucoup.

Un merci tout particulier à Daniel 🙂 Je ne vous oublierais pas et je vous dis à bientôt !

 

On se retrouve tantôt !
Bisou – caresse
template-sticker-600x600

 

4 commentaires sur “Le bilan de compétences

  1. ça alors, c’est dingue le nombre de personnes qui veulent se reconvertir dans le service/le soin à la personne 🙂 Preuve que dans l’inconscient collectif, on en revient enfin à l’essentiel : prendre soin les uns des autres ! Bonne continuation pour la suite 🙂

    J'aime

  2. Merci pour ce partage d’expérience. Le bilan de compétences, j’y pense aussi. Une psy m’avait conseillé de commencer le travail moi-même (s’interroger sur soi, ses envies, etc.). Travail bien entamé, mais bilan de compétences toujours pas trouvé 🙂

    J'aime

    1. C’est déjà un grand pas en avant que de se poser les bonnes questions : Quelles sont les choses que j’aime faire dans la vie ? À quel endroit ? Ai-je envie de travailler en équipe ou plutôt seule ? Quelles sont mes capacités ? Déjà tu y trouveras des réponses c’est sur. Ce qui m’a fait avancer dans ce bilan de compétences c’est surtout les échanges avec mon conseiller. Il ne te lâchera pas et te poseras pleins de questions, surtout celles que tu gardes pour toi et que tu ne veux pas t’admettre. Dans tous les cas attends de voir le nouveau dispositif du fongecif avant de te lancer et continue ton travail de recherche ;). Si tu veux que je t’envoie quelques exercices n’hésite pas à me le demander, ce sera avec plaisir ! Bonne continuation à toi !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s